Accenture

Accenture est un cabinet de conseil mondial d'origine américaine. Son siège est, depuis le 1er septembre 2009, localisé à Dublin, en Irlande.


Catégories :

Cabinet américain d'audit et de conseil - Cabinet d'audit financier - Audit - Comptabilité générale - Comptabilité - Entreprise de conseil - Conseil - SSII - Entreprise fondée en 2001

Recherche sur Google Images :


Source image : william-tootill.info
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • (Accenture, Chicago, IL, www. accenture. com) The world's largest management and technology consulting firm, which was spun off of Arthur Andersen & Co. in... (source : answers)
Logo de Accenture

Logo de Accenture
Slogan (s) «High performance. Delivered»
Siège social 1 Grand Canal Square
Dublin
Direction William D. Green Chief Executive Officer
Pamela J. Craig Chief Financial Officer
Karl-Heinz Flöther Group Chief Exec. of Systems Integration & Technology
Activité (s) Cabinet de Conseil
Filiale (s) Accenture Technology Solutions, Accenture Services France, Accenture Insurance Services
Effectif 204 000 (2010)
Site Web Accenture
Capitalisation 19, 86 Mds (juin 2009)
Chiffre d'affaires Augmentation 25, 28 Mds (2008)
Résultat net Augmentation 1, 8 Mds (2008)

Accenture est un cabinet de conseil mondial d'origine américaine. Son siège est , depuis le 1er septembre 2009, localisé à Dublin, en Irlande.

Accenture est reconnu comme le plus grand cabinet de conseil dans le monde[1], appartenant à la liste Fortune Global 500 des 500 premières entreprises mondiales[2], avec à peu près 204 000 personnes dans plus de 50 pays. Les consultants d'Accenture interviennent dans de nombreux domaines :

Les clients d'Accenture représentent 96 des 100 plus grandes entreprises mondiales et plus des trois quarts des entreprises du Fortune Global 500[3].


Historique

Origines

Accenture est issu du département conseil d'Arthur Andersen, que les Américains Arthur Andersen et Clarence DeLany ont créé en 1913 sous le nom Andersen, DeLany & Co.

Séparation d'Arthur Andersen

En 1989, ce département conseil se sépare d'Arthur Andersen (AA) et se renomme Andersen Consulting (AC). Arthur Andersen et Andersen Consulting sont alors des regroupements d'entités locales indépendantes, détenues chacunes par leurs associés et les autres entités locales dans le monde. Les entités locales signent un accord contractuel avec une structure de regroupement mondiale, Andersen Worldwide Société Coopérative (AWSC), sous juridiction suisse.

En 2000, le chiffre d'affaires d'Andersen Consulting dépasse les 9, 5 milliards de dollars, avec d'avantage de 75 000 employés dans 47 pays[4], tandis que le chiffre d'affaires d'Arthur Andersen est de 9, 3 milliards de dollars avec 85 000 employés dans le monde en 2001.

Pendant les années 1990, des tensions croissantes apparaissent entre Andersen Consulting et Arthur Andersen. Andersen Consulting souhaite revoir son obligation de reverser chaque année 15% de ses bénéfices à Arthur Andersen (une condition de l'accord de séparation de 1989 établit que l'entité la plus profitable - AA ou AC - doit reverser à l'autre cette somme), tandis que dans la même période Arthur Andersen entre en compétition avec Andersen Consulting par la création d'un nouveau département dédié au conseil en management, nommé Arthur Andersen Business Consulting. Ce désaccord atteint son paroxysme en 1998 quand Andersen Consulting dénonce son accord avec AWSC et Arthur Andersen. Andersen Consulting place les 15% des bénéfices de cette année et des années futures sur un compte bloqué et dépose une plainte pour rupture de contrat.

Le 7 août 2000, par un arbitrage de la Chambre de commerce internationale, Andersen Consulting obtient la dénonciation de tous ses liens contractuels avec AWSC et Arthur Andersen. En contrepartie, Andersen Consulting paie à Arthur Andersen la somme détenue sur le compte bloqué (1, 2 milliards de dollars), et doit changer son nom, ce que aboutit à la nouvelle identité Accenture.

Peut-être révélateur sur l'entité «gagnante» suite à cet scission, quatre heures après que l'arbitre a rendu sa décision, Jim Wadia, Chief executive officer d'Arthur Andersen, a soudainement démissionné. Les analystes du secteur et les professeurs d'écoles de commerce aiment à présenter cet évènement comme une complète victoire pour Andersen Consulting[5]. Jim Wadia apportera plusieurs années après des explications sur sa démission, lors d'une analyse de cas sur cette scission au sein de la Harvard Business School. Il indiquera que le comité exécutif d'Arthur Andersen avait voté une résolution stipulant qu'il devait démissionner s'il ne parvenait pas à obtenir un dédommagement minimum de 4 milliards de dollars (que ce soit à travers une négociation ou une décision d'arbitrage) pour la séparation de l'entité de conseil, d'où sa démission rapide une fois l'arbitrage annoncé.

Les avis divergent sur les raisons de cette séparation - les dirigeants de chaque partie ont cité la cupidité et l'arrogance de l'autre partie, et la direction d'Andersen Consulting a mis en avant la rupture de contrat que formait la création par Arthur Andersen d'un deuxième groupe de consultants, AABC (Arthur Andersen Business Consulting), rivalisant directement avec Andersen Consulting sur le marché.

Accenture se félicitera plus tard de cette scission, qui lui permettra de ne pas être atteint quand Arthur Andersen sera impliqué dans le scandale Enron, puis forcé à la dissolution en 2002. Énormément d'entités AABC seront alors racquises par d'autres sociétés d'experts-conseils, surtout Hitachi Consulting et KPMG Consulting (renommé depuis BearingPoint).

Création d'Accenture

Le 1er janvier 2001, Andersen Consulting devient officiellement Accenture (contraction de Accent on the future) et lance sa nouvelle marque à grand renfort de publicité.

Même si une étude marketing est lancée pour trouver le nouveau nom de la société, le nom "Accenture" est proposé par un employé danois du bureau d'Oslo (Norvège), appelé Kim Petersen, suite à un concours interne. Le concours lancé par Accenture avait pour objectif de trouver un nom qui représente la volonté d'être le leader mondial du conseil et de la haute performance, et qui ne choque pas dans les pays où le cabinet de conseil opère.

Introduction en bourse

Bannière Accenture sur l'immeuble du New York Stock Exchange (NYSE) pour son introduction en bourse le 19 juillet 2001.

Le 19 juillet 2001, l'introduction en Bourse d'Accenture est effectuée au prix de 14, 50 dollars par action au New York Stock Exchange (NYSE). Goldman Sachs et Morgan Stanley dirigent cette opération. L'action Accenture côte en fin de journée 15, 17 dollars, avec un maximum journalier à 15, 25 dollars. Le premier jour de l'introduction en bourse, Accenture a levé près de 1, 7 milliard de dollars[6].

Depuis le 1er septembre 2004, le CEO d'Accenture est William D. Green (Bill).

En France, le site web du musée du Louvre est soutenu depuis 2001 par Accenture[7].

Organisation

Le cabinet Accenture a une organisation matricielle, divisée en secteurs d'activité client ("Operating groups") et domaines d'intervention ("Growth Platforms").

Secteurs d'activité

Domaines d'intervention

Gouvernance

Siège d'Accenture-France, 118-120 Avenue de France dans le 13e arr. de Paris

Monde

Chief executive officers :

France

Présidents :

Filiales françaises

Les principales filiales d'Accenture France sont :

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes

Notes

  1. Yahoo! - Profil d'Accenture Ltd.
  2. Fortune Global 500 - Accenture Company Profile 2008.
  3. , Accenture website, 7 avril 2009
  4. Accenture : The Growth of a Global Leader, Accenture website, 19 juin 2007.
  5. Arbitrator's Ruling Gœs Against Accounting Arm : Consultants Win Battle Of Andersen, International Herald Tribune.
  6. Accenture IPO gains in first trades - 19 juillet 2001, CNN Money.
  7. Nathalie Bensahe, «Sans les fonds privés, que des expos commerciales», dans Libération du 19 août 2006, [lire en ligne].
  8. «Un français à la tête d'Accenture», La Tribune, 21 octobre 2010
  9. Claire Guélaud, «Benoît Génuini : Pôle emploi laisse ses agents dans une relation complexe de face-à-face avec les chômeurs», Le Monde, 27 avril 2010


Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : accenture - andersen - arthur - consulting - services - conseil - france - dollars - externalisation - entités - 2001 - chief - cabinet - 2010 - 2008 - entreprises - nom - milliards - secteur - performance - officer - activité - solutions - site - 2009 - global - 500 - organisation - séparation - introduction -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Accenture.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu