Commerce

Le commerce est l'activité principale d'échange des biens et des services. Il couvre la totalité des transactions entre individus, entre organisations ou entre individus et organisations, que sont les associations ou les entreprises.


Catégories :

Commerce

Définitions :

  • Toute personne ou compagnie qui achète des produits à un lieu autre qu'un magasin de détail. (source : inspection.gc)
Commerce d'alimentation générale

Le commerce est l'activité principale d'échange des biens et des services[1]. Il couvre la totalité des transactions entre individus, entre organisations ou entre individus et organisations, que sont les associations ou les entreprises. Il complète l'activité de production en servant à rémunérer la fourniture d'un bien ou d'un service, essentiellement par le recours à la monnaie.

Par extension, le terme est utilisé en français pour désigner le lieu ou l'organisation où s'exerce cette activité tel qu'un magasin.


Histoire du commerce

Les origines du commerce

Une vieille acception du mot commerce renvoie aux notions de communication et de relation avec autrui, qu'on retrouve par exemple dans l'expression «une personne de commerce agréable». Ce sens dont l'origine se perd dans la nuit des temps fait appel à une réalité où les rapports humains et l'économie étaient conditionnés par la proximité géographique. Dans une acception plus moderne, le commerce sert à désigner l'activité qui fait circuler les marchandises, par exemple avec le marché. Il couvre la totalité des transactions passées d'individus à individus, eux-mêmes représentant en nom propre ou d'entreprises, par l'appréciation de leur valeur d'échange et la réalisation de celle-ci.
Le commerce est l'une des plus anciennes et plus importantes inventions de l'humanité avec l'apparition de l'agriculture au Néolithique. Certains le considèrent comme l'origine de la civilisation. A titre d'exemple, l'écriture semble avoir été découverte il y a 5500 ans par les commerçants sumériens pour permettre leur comptabilité [2]. Au début, l'agriculture qui se pratiquait étaient une agriculture de subsistance, les récoltes obtenues étaient juste suffisantes pour la population. Mais à mesure que les développements technologiques furent appliqués par les agriculteurs, comme la force animale ou l'utilisation de différents engrais, les cultures obtenues augmentaient. Ainsi, le commerce a été génèrée par deux facteurs : Les récoltes dépassaient le seuil de subsistance et il n'était plus indispensable que la totalité de la société se consacre à l'agriculture — donnant la possibilité d'ainsi à une partie de la population de se spécialiser dans d'autres domaines, tels que le travail du fer et la poterie. [3]

Le troc

Le commerce a débuté sous forme de troc et s'est ensuite modernisé grâce à la monnaie. Avec le temps, l'or et l'argent se sont imposés progressivement comme monnaies communes, entre autres du fait de leurs caractéristiques telles que la rareté, la malléabilité ou la résistance à l'usure. La création de la monnaie et l'évolution des moyens de transport et de communication ont facilité les échanges entre personnes, entre localités et entre pays. Cette évolution permanente est influencée par celle des besoins, des moyens et des politiques des différents acteurs que sont les producteurs, les marchands, les consommateurs et les États.

Cette évolution est soumise à des perturbations, chacune des parties veillant mettre en place l'organisation commerciale qui l'avantage. Sur le plan national, certains gouvernements travaillent à stabiliser les prix intérieurs en appliquant différentes techniques. Sur le plan international, différentes théories existent, dont surtout, le libre-échange, le protectionnisme mais aussi le nationalisme économique[4].
Au XXIe siècle, le commerce reste, d'une part, une activité centrale de l'économie de plus en plus diversifiée et particulièrement élaborée comme en témoigne la «révolution de la distribution», et , d'autre part, un moyen de développement.
Au XXIe siècle, des conventions plus ou moins strictes le règlementent au plan international et au plan national. Enfin, il est vecteur d'échanges culturels et de brassage entre les populations qu'il met en relation.

L'introduction de la monnaie

L'argent servant en premier lieu seulement l'échange de biens et de services sert progressivement d'unité de compte et devient un outil pour le stockage de la valeur. De nombreuses unités de paiement ont été utilisées provenant du porc, de dents de baleine, du cacao, ou de certains types de coquillages. Mais l'or a probablement été l'unité la plus largementutilisée à travers l'histoire. L'utilisation d'unité de compte dans les transactions commerciales a été une étape importante pour le commerce. Il n'y a pas néanmoins d'obligation pour que les parties impliquées dans une transaction s'échange directement un bien ou un service contre ces unités. Les civilisations plus avancées, comme les Romains, ont étendu ce concept et ont commencé à battre monnaie toujours pour favoriser le commerce. Les pièces ont été particulièrement conçues à cette fin, quoique ces monnaies primitives, à la différence des pièces modernes, aient eu une valeur intrinsèque. L'utilisation du sel et du poivre avait aussi pour objectif de satisfaire les besoins de voir naître un commerce inter-continental.

Commerce et droit

Jeune commerçante à Saigon (Vietnam).

Du point de vue juridique, le commerce est tout acte qualifié de commercial par la loi. Ainsi, est commerçant en droit commercial (code commercial) toute personne qui fait profession des actes qualifiés de commerciaux par la loi ; ces actes dépendent de chaque nation.

En France, pour qu'il y ait acte de commerce au sens juridique, il faut qu'au moins l'une des parties, nommé «commerçant» exerce généralement l'activité d'achat et de revente. En conséquence, lorsque un particulier vend d'occasion sa voiture à un autre, cela est du ressort du droit civil et non du droit commercial.

Commerce et économie

Le commerce a pour moteur la satisfaction des multiples besoins de l'homme. Les connaissances, la force physique et le temps dont il dispose ne lui permettent pas de produire seul tout ce dont il a besoin pour vivre. La solution consiste pour lui à organiser et diviser le travail. L'homme décide alors d'une part de produire ce qu'il peut et d'autre part d'échanger ce qu'il produit contre ce dont il a besoin et qu'il ne produit pas lui-même.

L'échange de marchandises entre deux parties en exigent leur transport. Le transport des marchandises se fait par voie maritime, par voie terrestre et par voie aérienne. Chacun de ces modes présentent des avantages et des limites en termes de délai, de coût et de risque.

Le stockage avant l'expédition et ensuite avant la distribution des marchandises complète le transport dans le cadre de la totalité des opérations de logistique.

L'assurance, quant à elle , offre des solutions financières de protection de la marchandise pendant ces opérations d'acheminement où les risques de détérioration accidentelle, de perte ou de vol existent.

Commerce et management

Il est envisageable d'optimiser les ventes commerciales par un travail sur la politique de distribution, c'est-à-dire entre autres une analyse marketing du management des commerces.

Commerce et vente

La qualité du commerce dépend des compétences à la vente ou au négoce des commerciaux.

Commerce international et commerce national

Le solde commercial est la représentation du commerce au niveau national. Ce commerce est négocié entre nations par l'organisation mondiale du commerce. Un Commerce équitable peut être envisagé.

Le commerce international est spécifique en termes de droit (propriété intellectuelle... ) et management. En France, Les chambres de commerce peuvent apporter de nombreuses informations à ce sujet.

Le commerce comme lieu de distribution

Article détaillé : Commerce de détail.

Notes et références

  1. Cahier de l'OCDE sur le commerce des marchandises et des services
  2. Les célèbres tablettes d'argiles du musée de Bagdad.
  3. Ceci en accord avec l'idée platonicienne de spécialisation des tâches : Platon, La république, Livre III
  4. Cette dernière, qui s'inspire aux idées de Friedrich List, a été appliquée dans le XIXe siècle par l'Allemagne et les États-Unis. Elle consiste à libéraliser les secteurs dont on a un avantage dans la compétition internationale et continuer à protéger ceux où on est pas compétitifs

Voir aussi


Recherche sur Google Images :



"commerce en ligne"

L'image ci-contre est extraite du site leblog.vendeesign.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (346 × 347 - 13 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : commerce - échange - monnaie - activité - organisations - marchandises - commercial - services - partie - besoins - unité - droit - ventes - totalité - transactions - individus - agriculture - transport - plan - national - international - part - distribution - acte -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu