Cotisations sociales

Les cotisations sociales sont des prélèvements assis sur les salaires, aussi nommées charges sociales. Les cotisations font partie des taxes sur les traitements et salaires.


Catégories :

Comptabilité nationale - Comptabilité - Droit de la sécurité sociale - Terme syndical

Définitions :

  • part des charges de l'entreprise permettant de financer le salaire différé (salaire social) des salariés de l'entreprise.... (source : paulmasson.atimbli)
Cotisations sociales dans les principaux pays de l'OCDE.

Les cotisations sociales sont des prélèvements assis sur les salaires, aussi nommées charges sociales. Les cotisations font partie des taxes sur les traitements et salaires. Elles sont associées au financement de prestations sociales.

Une distinction est faite entre deux types de cotisations sociales :

La théorie économique montre que la répartition entre ces deux types de cotisations n'a pas d'importance économique ; trois éléments ont une influence économique : le niveau du salaire super-brut payé par les employeurs, c'est-à-dire la rémunération des salariés, le niveau du salaire net effectivement perçu par les salariés, et les dépenses financées par les prélèvements sociaux[1].

Les cotisations sociales correspondent par conséquent à une part socialisée du salaire, c'est-à-dire captée par des organismes nommés caisses afin d'être redistribuée. Les cotisants bénéficient en contrepartie d'une couverture partielle ou totale de frais divers, génèrés par l'un des grands «risques» que sont le chômage, la vieillesse, la famille et les accidents du travail et maladies professionnelles. Cette contrepartie peut être immédiate (risque immédiat), ou différée : le salarié touche une pension à l'âge de la retraite.

Ce dispositif repose sur un principe de solidarité : une partie des salariés payent plus qu'ils ne reçoivent ou qu'ils ne recevront, par exemple s'ils ne connaissent aucun ennui de santé ou aucune période de chômage, si la durée de leur espérance de vie à la retraite est plus faible que la moyenne, si leurs cotisations servent à financer d'autres régimes de retraite.

Analyse macro-économique

Coin salarial et fiscal dans les principaux pays de l'OCDE.

Dans la théorie économique, la séparation entre cotisations sociales employeurs et cotisations sociales salariés n'est pas pertinente à moyen terme : les cotisations sociales reposent in fine sur les salaires, du fait d'une baisse des salaires ou d'une moindre hausse[2] [3]. Ce qui compte, ce sont les salaires nets (perçus par les salariés) et les salaires super-bruts (payés par les employeurs), la répartition des prélèvements entre les deux n'a pas d'influence (voir théorie de l'incidence fiscale).

Le niveau des cotisations sociales fluctue selon l'emprise des administrations publiques sur l'économie[réf.  nécessaire], de l'efficacité des dispositifs de sécurité sociale et des gestionnaires (en France, les partenaires sociaux, l'État en Grande-Bretagne[4]). L'État peut aussi prendre en charge une partie des dépenses. Par exemple au Danemark les prestations sont en grande partie payées par l'impôt[5], ce qui sert à ne pas faire reposer le financement du dispositif de sécurité sociale sur les seuls revenus du travail.

Dans le cadre des régimes de retraite par répartition, les différences intergénérationnelles mettent à l'épreuve le principe de solidarité à la base du dispositif de répartition. En Europe, les «baby boomers» ont payé de faibles cotisations sociales pour financer les pensions d'un petit nombre de retraités ; devenus «papy boomers», ils sont particulièrement nombreux et le financement de leurs pensions repose sur les générations suivantes, moins nombreuses, qui payent des cotisations assez plus élevées.

En France

Article connexe : Sécurité sociale (France) .

En France, le niveau des cotisations sociales est un des plus élevés au monde au sein des pays développés[6]. Ce niveau relatif s'apprécie au regard des prestations apportées en retour aux populations (santé, chômage, etc. ) qui fluctuent selon le pays reconnu.

Notes et références

  1. Cotisons dans la bonne humeur.
  2. Qui paye vraiment les cotisations sociales, Ecopublix, novembre 2007
  3. L'économiste Jonathan Gruber l'établit, à partir d'estimations statistiques, sur le moyen terme : «I find strong evidence that the incidence of payroll taxation was fully on wages, with no effect on employment.» in The Incidence of Payroll Taxation : Evidence from Chile, 1997
  4. Rapport sur la protection sociale du service des affaires européennes du sénat français décembre 1995
  5. Le régime danois de sécurité sociale - 2005 ; section Financement, site du Centre des Liaisons Europeennes et Internationales de Sécurite Sociale (CLEISS)
  6. cf. graphique

Voir aussi

Liens externes


Recherche sur Google Images :



"Cotisations sociales"

L'image ci-contre est extraite du site fr.wikipedia.org

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (400 × 258 - 40 ko - png)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : sociales - cotisations - salaires - brut - salariés - économique - niveau - pays - partie - financement - salariales - net - employeurs - répartition - retraite - dispositif - sécurité - france - ocde - prélèvements -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cotisations_sociales.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu