Macroéconomie

La macroéconomie est l'approche théorique qui étudie l'économie à travers les relations existant entre les grands agrégats économiques, le revenu, l'investissement, la consommation, le taux de chômage, l'inflation, etc.


Catégories :

Branche de l'économie - Macroéconomie

Définitions :

  • macroéconomique - Relatif à la macroéconomie (source : fr.wiktionary)
Modélisation des relations macroéconomiques entre agrégats dans une économie.

La macroéconomie (dont le terme est introduit en 1933 par l'économiste norvégien Ragnar Frisch[1]) est l'approche théorique qui étudie l'économie à travers les relations existant entre les grands agrégats économiques, le revenu, l'investissement, la consommation, le taux de chômage, l'inflation, etc.

Comme telle, elle forme l'outil essentiel d'analyse des politiques économiques des États ou des organisations internationales.

Du point de vue marketing, l'environnement macroéconomique est subi par l'entreprise car celle-ci ne peut agir directement dessus. Ce n'est qu'indirectement, à travers des lobbys, qu'elle peut essayer de l'influencer.

Définition et objets d'analyse

Selon Frédéric Poulon[2], la macroéconomie est avant-tout une représentation hiérarchisée de l'économie, articulée entre les agents via des flux. En considérant d'emblée les relations entre les grands agrégats de l'économie, la macroéconomie cherche à expliciter ces relations ainsi qu'à prédire leur évolution face à une modification des conditions, qu'il s'agisse d'un choc (augmentation de prix du pétrole) ou d'une politique économique délibérée[3]. Au contraire de la microéconomie, qui facilite les raisonnements en équilibre partiel, la macroéconomie se place toujours dans une perspective d'équilibre général, ce qui l'amène à accorder plus d'attention au bouclage des modèles ainsi qu'à la dynamique de création et de maintien d'institutions principales, comme les marchés, la monnaie.

Partie de relations particulièrement simples, à l'image du modèle IS/LM reliant le marché des capitaux et celui de la monnaie ou de la courbe de Phillips reliant inflation et chômage, la macroéconomie a évolué vers la construction de modèles économiques complexes incluant à la fois des relations supposées entre variables et des relations comptables permettant de définir les agrégats. Particulièrement utilisés pour analyser et prévoir les résultats des politiques économiques, ces vastes modèles (les plus frustes comportent une dizaine d'équations, les plus complexes dépassent les 1 500) sont à l'heure actuelle employés par la majorité des gouvernements, institutions statistiques (comme l'INSEE), organisations internationales (OCDE) et certains acteurs privés voulant disposer de leurs propres prévisions quant à la conjoncture.

Histoire de la Macroéconomie

Avant Keynes

Selon les penseurs grecs, l'économie sert à désigner l'art de bien administrer sa maison. La microéconomie est par conséquent historiquement la première forme qu'a pris l'économie. Il faut attendre le XVIIIè siècle, et en particulier, avec le courant physiocrate pour avoir une première vision macroéconomique, autrement dit, une représentation hiérarchisée de l'économie via des flux entre agents. Cette représentation se trouve dans l'ouvrage de François Quesnay, Tableau économique. Quesnay, médecin de la famille royale, avait pour ambition de représenter l'économie sur les bases de la circulation du sang. Cependant, les considérations philosophiques des physiocrates et les évènements historiques ont rapidement rendu son Tableau économique obsolète.

Karl Marx, un siècle plus tard, proposera une représentation schématique de l'économie industrielle de son époque. Parallèlement, les fondateurs de l'école néoclassique ont utilisé la théorie marginaliste, pour agréger les comportements des agents économiques, c'est-à-dire les consommateurs et les producteurs. Cette microéconomie agrégée, approche fréquemment à la base de certaines théories macroéconomiques, est à la base de la théorie de l'Équilibre général de Léon Walras, et complété par Kenneth Arrow et Gérard Debreu. Cette vision de l'économie ne peut cependant pas se confondre avec la macroéconomie, étant donné qu'elle ne se base que sur des comportements individuels, et n'analyse pas l'économie dans son ensemble.

Keynes et l'émergence de la macroéconomie

La distinction systématique, pour tout autant qu'elle puisse vraiment se faire, entre microéconomie et macroéconomie n'émerge cependant vraiment qu'au cours des années Trente autour des travaux de John Maynard Keynes. Ce fut en particulier le retentissement de sa Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936) [4] après-guerre qui conduisit à une séparation nette, en premier lieu dans le milieu académique, des deux domaines. La microéconomie se spécialisait alors sur les problèmes d'allocation des ressources par le moyen des prix relatifs, tandis que la macroéconomie étudiait la production globale et le niveau des prix.

Les deux voies des années 1980 - 1990

Écornée par l'échec des keynésiens à prévoir ainsi qu'à enrayer la stagflation consécutives aux chocs pétroliers, la macroéconomie de la fin du XXe siècle présentait un double visage.

Raffinement de la modélisation

D'une part, on assista à la construction de modèles de plus en plus complexes et élaborés, construction rendue envisageable par l'augmentation des capacités de calcul des ordinateurs mais aussi la généralisation des techniques d'optimisation dynamique. Cette voie était aussi soutenue par le perfectionnement énorme des données dont disposaient les macroéconomistes pour tester leurs modèles (voir macroéconométrie). Il apparut cependant que la complexification des modèles n'apportait pas grand'chose en matière de pouvoir explicatif, et que les problèmes de cohérence devenaient difficilement surmontables avec un aussi grand nombre d'équations. La totalité de l'approche a aussi été remise en cause par la critique de Lucas, l'économiste Robert Lucas Jr faisant remarquer que les relations macroéconomiques échouaient à prendre en compte les réactions d'agents informés aux politiques économiques (voir Courbe de Phillips et Critique de Lucas)

Synthèse néoclassique et agent représentatif

D'autre part, des économistes constitués à la microéconomie néoclassique cherchèrent à donner des fondements microéconomiques aux agrégats observés, en dérivant des grandeurs comme l'offre de travail ou l'investissement des offres des modèles microéconomiques. Ces tentatives, connues sous le nom de synthèse néoclassique, échouèrent cependant sur le problème de l'agrégation, avec des résultats démontrant que ce passage du niveau micro au niveau macro n'était envisageable qu'en imposant des hypothèses absurdement restrictives sur le comportement des agents (voir équilibre général).

L'approche néoclassique eut alors recours au concept d'agent représentatif, supposant que les agrégats économiques se comportaient comme s'ils répondaient aux décisions d'un agent économique unique comparable à l'agent rationnel du niveau microéconomique. La capacité de ces modèles à prédire des résultats opposés suivant les hypothèses faites sur l'agent représentatif et sur les paramètres de base ont jeté un doute profond sur la pertinence de cette approche.

La macroéconomie actuellement

Au début du XXIe siècle, des économistes cherchent à dépasser la distinction entre microéconomie et macroéconomie. La majorité des modèles macroéconomiques actuels font l'hypothèse qu'ils ne forment qu'une simplification de la réalité, dont ils étudient un aspect spécifique, comme l'effet de l'innovation sur la croissance, ou des structures monétaires sur l'investissement. Par conséquent, ils mélangent relations macroéconomiques et extensions au niveau macroéconomique de relations microéconomiques pour tout autant que ces extensions soient compatibles avec les faits stylisés qu'on cherche à analyser.

Il existe cependant de nombreuses écoles et courants de pensée touchant à leur conception méthodologique ainsi qu'à leurs préconisations en matière de politiques économiques.

Écoles et courants de pensée

Plusieurs écoles utilisent en pratique des raisonnements macroéconomiques, avec des principes et des recommandations particulièrement différents

Voir aussi

Liens externes

Sources

Références

  1. Macroéconomie, Modelisations schématiques de l'équilibre macroéconomique
  2. Frédéric Poulon, 1982 : Macroéconomie approfondie - Equilibre, déséquilibre, circuit..
  3. «La macroéconomie se donne deux objectifs : la prévision conjoncturelle et la recommandation dans la conduite des politiques économiques», (Notes de cours de macroéconomie (1er semestre de la 1re année de licence ÆS, Université Panthéon-Assas Paris 2), p. 7
  4. ... l'analyse macroéconomique comme branche spécifique de l'analyse économique date de la publication de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes en 1936... Mais la macroéconomie moderne, comme discipline qui à pour but de comprendre pourquoi l'économie connait des épisodes comme la Grande dépression et pourquoi l'emploi et la production fluctuent au courps du temps, débute avec Keynes. Joseph E. Stiglitz, Carl E. Walsh (2004), Principes d'économie moderne, 2e édition, Ed. de Bœck, p. 490

Bibliographie


Recherche sur Google Images :



"Macroéconomie"

L'image ci-contre est extraite du site fr.academic.ru

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (450 × 382 - 54 ko - png)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : économie - macroéconomie - économiques - macroéconomiques - relations - modèles - agents - théorie - monnaie - courant - analyse - politiques - microéconomie - keynes - néoclassique - niveau - agrégats - équilibre - cependant - école - économiste - approche - bases - problèmes - keynésiens - microéconomiques - monétaires - circuit - investissement - représentation -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Macro%C3%A9conomie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu