Marché

Un marché est un lieu où des vendeurs se réunissent pour proposer leurs produits aux consommateurs. Par extension, pour les économistes le marché est le lieu fictif où se rencontrent les offres et les demandes.


Catégories :

Marché - Microéconomie - Politique économique

Recherche sur Google Images :


Source image : welcomeprovence.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Au sens économique le marché est le lieu de rencontre de l'offre et de la... L'identification de segments permet d'adapter les produits aux besoins du ... (source : cerpeg.ac-versailles)
  • ... un marché de produits en cause comprend l'ensemble des produits et/ou services... Un marché est concurrentiel si le client a la possibilité de choisir... avant de lancer un produit sur le marché ou d'en déterminer le prix.... (source : europa)
  • Pour les spécialistes du marketing, le marché est constitué par la totalité des ... Ø la politique mercatique (prix, produit, distribution, communication).... (source : fda.ccip)
L'étal d'une marchande de fruits et légumes dans un marché couvert à Gênes.
Un marché à Toulon
Un marché à Berlin Karl-August-Platz

Un marché est un lieu où des vendeurs se réunissent pour proposer leurs produits aux consommateurs. Par extension, pour les économistes le marché est le lieu fictif où se rencontrent les offres et les demandes. Dans ce cas le marché est une institution[1] régie par des lois et des règles sur lesquelles les économistes ont de forts désaccords.

Science économique

Le marché vu par quelques grands économistes

Marché et rationalité

Le marché, les marchés

Pour Roger Guesnerie[10], le terme de marché est une abstraction qui recouvre des «abstractions intermédiaires qu'on nomme les “marchés”». On parle par exemple du marché des biens et services, de marchés financiers, de marché monétaire, de marché du travail etc. Suite au protocole de Kyōto, un marché du «droit de polluer» se développe dans le cadre de la bourse du carbone.

Les institutions du marché

Pour Roger Guesnerie[11] pour qu'il y ait marché, au moins deux institutions[12] sont nécessaires.

Marché et État

Certains auteurs insistent sur le rôle de l'État, alors que d'autres voient le marché comme une alternative plus ou moins partielle à l'Etat.

Marché ou firmes

Pourquoi existe-t-il des firmes ? Depuis les travaux de Ronald Coase et de leur approfondissement par Oliver Williamson, les économistes distinguent deux modes de coordination des activités économiques : un mode décentralisé, où les individus sont libres : le marché ; un mode centralisé où les être humains sont soumis à une hiérarchie : la firme. Le marché génère des coûts de transaction (recherche d'information, incertitude, opportunisme des agents, etc. ) et la firme des coûts d'organisation (appareil bureaucratique, difficulté de gérer des ensembles complexes, etc. ). Si les coûts de transaction sont inférieurs aux coûts d'organisation, il est intéressant de recourir au marché et pour les entreprises de peut-être adopter une stratégie d'externalisation. Dans le cas opposé, il est intéressant de recourir à la firme et peut-être pour les sociétés d'adopter une stratégie d'intégration verticale ou d'intégration horizontale.

Marché (secteur professionnel)

Le marché ici est un lieu de rencontre et de transactions entre commerçants ou professionnels et consommateurs.

Marché classique respectant les traditions en France

En France, les marchés locaux sont à l'origine conçus pour la vente des productions locales des jardins, des élevages, des vergers et des diverses fabrications locales, généralement vivrières et artisanales, dont la quantité est trop faible ou trop irrégulière pour être marchande au niveau national. La production locale et artisanale offre un gage de qualité, alors que le circuit court sans conditionnement, sans transport, et sans intermédiaires permet un prix intéressant pour le producteur et pour le consommateur. La liberté du commerce autorise des commerçants de vendre à bas prix des productions d'importation étrangère et des produits manufacturés identiques à ceux de la grande distribution.

Pour soustraire leurs produits de cette concurrence internationale et valoriser leur qualité, des agriculteurs et artisans ont créé des marchés dits «de producteurs» fermés à ces commerçants. Le plus emblématique de ces marchés est , peut-être, celui du hameau de Montredon sur la commune de La Roque-Sainte-Marguerite initié en 1989 par les habitants.

Marché à la criée

Ce sont généralement des marchés sur lesquelles s'échangent des poissons et autres produits de la mer. Un chef de vente jadis nommé «crieur» est chargé d'établir un prix de départ au kilo des différents produits. Les enchères sont descendantes c'est -à-dire que le premier acheteur qui montre son intérêt décroche le lot. Il existe cependant un prix de retrait pour éviter que les prix ne descendent trop bas[15].

Marketing

Le marketing propose trois visions du marché. La vision «produit» segmente le marché en quatre avec un marché principal qui est la totalité des produits identiques entrant directement en concurrence les uns comparé aux autres (par exemple, le marché des consoles), le marché environnant qui est la totalité des produits différents mais concourant à la satisfaction d'un même besoin (par exemple le marché des collants et celui des bas), le marché support est constitué des produits dont la présence est indispensable à la consommation des produits du marché principal (les pantalons, les jupes, par exemple) et le marché générique est celui de la totalité des produits issus du marché principal et environnant (celui de l'habillement pour reprendre nos exemple qui ont précédé).

La vision du marché centrée sur la demande étudie l'ensemble des clients capables et désireux d'effectuer un échange marchand en vue de satisfaire un besoin ou un désir.

Dans une optique centrée sur l'échange, enfin, le marché correspond au volume d'affaires total d'une activité.

Marché et démocratie

Pour Laurence Fontaine[16] le marché est un «ferment de démocratie» entendue comme «le dispositif politique autorise chacun de participer à la vie publique, qui reconnaît chaque individualité et qui a finalement pour but d'aider chaque individu à être acteur de sa vie»[17]. En effet, selon cet auteur, le marché suppose l'égalité des individus et s'oppose aux sociétés aristocratiques où la majeure partie est le statut des personnes. D'autre part, le marché est un «ferment de libération» comme le montre, pour Laurence Fontaine, le cas des femmes commerçantes de Nouakchott[18]. Enfin, le marché tend à pousser les individus à développer leur savoir et savoir faire, leur capabilité pour reprendre un terme d'Amartya Sen[19] Cependant, le marché peut être aussi un lieu de tricherie et de violences, l'important alors c'est le dispositif de lois qui les encadre[20]

Galerie

Notes et références

  1. Fontaine, p. 84
  2. Augustin Cournot, Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses, chap. IV, V cité dans Alfred Marshall, 1906, Principes d'économie politique, Librairie de Droit et de Jurisprudence et Gordon&Beach, 1971, p. 105
  3. Samuelson et Nordhaus, 16e édition, 1998, 2000, p. 27
  4. «Le modèle de Walras sera un modèle d'ajustement par le prix ; le modèle de Marshall un modèle d'ajustement par la quantité», Jessua, 1991, pp. 337-338
  5. Walras, p. 44
  6. Mathiot, 1990, p. 116
  7. Il utilise bien le mot sociation
  8. Max Weber, économie et société 2, p. 410
  9. Voir Dupuy, 1997, pp. 266-276
  10. Guesnerie, 2006, p. 23
  11. Guesnerie, 2006, pp. 23-24
  12. Pour Xavier de la Vega, «Les institutions sont la totalité des règles formelles (lois, constitutions, règlements) et informelles (conventions, routines, normes sociales) qui encadrent les interactions» voir article, l'économie des institutions, Sciences Humaines n° 1642, octobre 2005
  13. Charles Lindblom, The Market System, 2001
  14. Samuelson et Nordhaus, 2000, p. 26
  15. La Pêche et ses hommes, éditions Haliotika, Le Guilvinec, p. 25
  16. Fontaine, p. 84
  17. Fontaine, p. 84
  18. Fontaine, p. 84
  19. Fontaine, p. 88
  20. Fontaine, p. 89

Voir aussi

Liens externes

Bibliographie

Manuel et travaux universitaires

Ouvrages et articles plus généralistes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : marché - prix - produits - économique - économie - fontaine - lieu - économistes - institution - échange - société - samuelson - nordhaus - quantité - walras - guesnerie - droit - dispositif - état - alternative - firmes - lois - règles - ventes - activité - auteurs - individus - coûts - totalité - édition -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu