Organisation internationale de normalisation

L'Organisation Internationale de Normalisation, ou ISO est un organisme de normalisation international composé de représentants d'organisations nationales de normalisation de 158 pays.


Catégories :

ISO

Recherche sur Google Images :


Source image : ilnas.public.lu
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... L'ISO (Organisation internationale de normalisation) est un réseau... Chaque membre de l'ISO est le principal organisme de normalisation dans son pays.... quel que soit son produit, dans tout secteur d'activité, ... (source : opencim.grenoble-em)
  • Organisation internationale de normalisation (ISO) et la Commission... ont été constitués et sont composés de représentants de 42 pays membres, ... (source : ic.gc)
Organisation Internationale de Normalisation
International Organization for Standardization
Logo de l'ISO
ISO members.png
Liste des membres

Création 23 février 1947
Type ONG
Siège Genève (Suisse Suisse)
Langue (s) Anglais, français
Membre (s) 157 membres
Site Web www. iso. org

L'Organisation Internationale de Normalisation (International Organization for Standardization), ou ISO est un organisme de normalisation international composé de représentants d'organisations nationales de normalisation de 158 pays[1]. Cette organisation créée en 1947 a pour but de produire des normes internationales dans les domaines industriels et commerciaux nommées normes ISO. Elles sont utiles aux organisations industrielles et économiques de tout type, aux gouvernements, aux instances de réglementation, aux dirigeants de l'économie, aux professionnels de l'évaluation de la conformité, aux fournisseurs et acheteurs de produits et de services, dans les secteurs tant public que privé et , en fin de compte, elles servent les intérêts du public généralement quand ce dernier agit en qualité de consommateur et utilisateur.

Le secrétariat central de l'ISO est localisé à Genève, en Suisse. Il assure aux membres de l'ISO le soutien administratif et technique, coordonne le programme décentralisé d'élaboration des normes et procède à leur publication.

L'ISO est le plus grand organisme de normalisation au monde. C'est une organisation non gouvernementale représentant un réseau d'instituts nationaux de 162 pays, selon le principe d'un membre par pays.

Histoire

En 1912, l'American Institute of Electrical Engineer (aujourd'hui l'IEEE - Institute of Electrical and Electronics Engineers) invita les autres instituts professionnels (American Society of Mechanical Engineers, l'ASME, American Society of Civil Engineers, l'ASCE, American Institute of Mining and Metallurgical Engineers, l'AIMME, American Society for Testing Materials, l'ASTM) à se réunir afin d'établir une organisation nationale apte à définir des standards industriels communs.

Six ans plus tard, le 19 octobre 1918, l'American Engineering Standards Committee, l'ÆSC était créée, comme coordinateur national américain du processus de standardisation. Son rôle était de lutter de manière impartiale contre les imprécisions en matière de conception et de niveau d'acceptabilité des produits et matériels. Les départements américains de la Guerre, de la Marine et du Commerce se joindront cette année-là aux cinq organismes fondateurs. La première norme américaine en matière de sécurité (American Standard Safety Code) fut acceptée en 1921 et visait la protection des yeux et têtes des travailleurs industriels.

En 1928, l'ÆSC prit le nom d'ASA : American Standards Association. Dès le début de la Deuxième Guerre mondiale, l'ASA développa les standards militaires (War Standard Procedure) pour cadrer la production américaine dans le cadre de l'effort de guerre (on parlait alors de military standards).

Au niveau international, en 1926, l'ÆSC fut animatrice du mouvement orchestré par l'anglais Charles Le Maistre (Secrétaire général de la CEI) qui conduisit à la création de l'International Standards Association, l'ISA. C'était une fédération rassemblant les instituts de normalisation non gouvernementaux d'une quinzaine de pays, pour la majeure partie européens, avec la participation de l'ÆSC pour les États-Unis et celle du Japon. L'ISA, particulièrement active dans les années 1930, dut malheureusement cesser son activité au début de la guerre. L'Association Française de Normalisation, l'AFNOR, créée en 1926, y joua un rôle particulièrement actif. L'ISA adopta ainsi sur proposition française la première norme internationale sur les nombres normaux.

En 1946, juste après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l'ASA et l'AFNOR, la BSI britannique, participèrent à Londres avec les instituts de normalisation de 22 autres pays à la création de l'Organisation Internationale de Normalisation (ISO). Elle fut officiellement créée le 23 février 1947.

L'ISO succèdait à l'ISA ainsi qu'à l'UNSCC, organisation mise en place par les alliés au cours de la guerre. L'expression «ISO» a été retenue en 1946 comme initiales d'International Organization for Standardization, mais le nom d'ISO[2] a été choisi à cause de sa similitude avec le mot grec ίσος / iso, signifiant égal[3].

Structure

Article détaillé : Liste des membres de l'ISO.

L'ISO comporte 157 membres[4].

Il y a trois différentes catégories de membres[5] :

Des accords ont été passés avec le Comité européen de normalisation (CEN) pour créer une sorte de pacte de "non-agression" entre les deux entités concurrentes et d'éviter des normes redondantes.

Pour les pays francophones, les membres sont : l'AFNOR pour la France (Comité membre), l'IBN (Belgique) (Comité membre), le SNV (Suisse) (Comité membre), le CCN[6] (Canada) (Comité membre), etc.

L'ISO coopère avec la Commission électrotechnique internationale (CEI), responsable de la normalisation d'équipements électriques. La marque concrète principale de cette coopération a été, au milieu des années 1980, la création du Comité Technique Commun sur les technologies de l'information (JTC1) qui a réuni la compétence matérielle détenue par la CEI et la compétence logicielle détenue par l'ISO. Le JTC 1 est le producteur de la plus grande partie des normes concernant l'informatique.

Comités techniques

L'ISO est divisé en à peu près 200 comités techniques (TC), chacun chargé d'un domaine spécifique. Voici la liste des comités actifs :

Processus d'élaboration des normes et produits

Les normes font l'objet d'un processus d'élaboration complexe qui a lieu en cinq phases[7] :

  1. Proposition ;
  2. Préparation ;
  3. Comité ;
  4. Enquête ;
  5. Approbation.

Dans les années 1990, sous la pression des développements rapides des technologies de l'information, l'ISO a assoupli le processus d'élaboration des normes, en tenant compte de l'activité des consortiums, dont on a reconnu qu'elle ne formait pas une menace contre le dispositif officiel de normalisation.

Voir : Types de documents normatifs

Plusieurs types de documents normatifs sont actuellement disponibles :

Critiques

Le fonctionnement de l'ISO est l'objet de critiques, surtout suite aux forts soupçons d'utilisation de moyens de pression ou alors de corruption dans certains pays, tels que la Norvège ou la Croatie, par la société Microsoft lors du processus de normalisation du format de documents de bureautique OpenXML afin d'amener les votants à changer de position en faveur des intérêts de Microsoft[8]. Il est aussi reproché à l'ISO de facturer l'accès à nombre de spécifications, ce qui forme un problème pour les organisations ou projets aux moyens limités qui souhaiteraient s'y conformer.

Notes

  1. Au 31 décembre 2006
  2. et non pas OIS, comme le suggère l'acronyme.
  3. Comme l'atteste le site officiel de l'ISO.
  4. ISO - Membres de l'ISO
  5. Voir Site de l'ISO
  6. CCN
  7. Voir :
  8. Voir (en) Groklaw

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : iso - membres - produits - normalisation - normes - comité - stand - technique - organisation - internationale - pays - standards - gaz - international - american - qualité - matériels - dispositifs - systèmes - processus - guerre - sécurité - équipements - technologies - information - machines - alliages - organisme - industriels - services -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/ISO.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu