Prélèvements obligatoires

Les prélèvements obligatoires correspondent à la totalité des «versements effectifs opérés par l'ensemble des agents économiques au secteur des administrations publiques tant que ces versements résultent, non d'une décision de l'agent économique qui les acquitte,...


Catégories :

Fiscalité

Définitions :

  • addition de la totalité des impôts perçus par l'État, y compris ceux reversés aux collectivités locales ou à la Communauté européenne, et des cotisations sociales effectives versées par les assurés ou leurs employeurs afin d'acquérir ou de maintenir des droits et prestations. (source : minefi.gouv)

Les prélèvements obligatoires correspondent à la totalité des «versements effectifs opérés par l'ensemble des agents économiques au secteur des administrations publiques […] tant que ces versements résultent, non d'une décision de l'agent économique qui les acquitte, mais d'un processus collectif […] et que ces versements sont sans contrepartie directe[1]», selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), à l'origine de cette notion.

Caractéristiques

Les prélèvements obligatoires forment l'essentiel des recettes des administrations publiques : budget de l'État, des collectivités locales et de la Sécurité sociale ; pour les pays membres de l'Union européenne, une faible partie (représentant à peu près 1 % du PIB) permet de financer les institutions européennes[2].

Ces prélèvements servent à financer les services non marchands régaliens (défense nationale, maintien de l'ordre, définition du droit et fonction judiciaire), mais également des services dans d'autres champs économiques (politiques sociales, soutien à des associations ou à des artistes, construction d'infrastructures, etc. ) dont certains relèvent de la notion de service public.

Les prélèvements obligatoires ne recouvrent pas l'intégralité des prélèvements opérés sur les agents économiques ni la totalité des recettes des administrations publiques. Ils regroupent les impôts (directs et indirects), les taxes et certaines cotisations sociales (en France, 85 % des cotisations sociales sont comptabilisées mais sont exclues les cotisations sociales dites «imputées», c'est-à-dire ne donnant pas lieu à versement effectif[3]). Au sein des autres recettes publiques figurent les recettes non fiscales[3] et les fonds de concours[4]. Les recettes publiques représentaient 50, 8 % du PIB en France en 2006 pour 44, 2 % de prélèvements obligatoires[5].

Catégories de prélèvements obligatoires

On peut distinguer habituellement[6] :

Panorama des niveaux de prélèvements obligatoires

Critique de la comparaison internationale

Même si la comparaison entre pays des taux de prélèvements obligatoires est d'un usage habituel, elle est en réalité peu pertinente.

Selon le Conseil des prélèvements obligatoires, institution rattachée à la Cour des comptes française, les données relatives aux prélèvements obligatoires sont «d'un maniement spécifiquement délicat, qu'il s'agisse d'analyser les variations dans un pays donné ou – plus toujours – d'effectuer des comparaisons internationales, qui peuvent alors aboutir à des conclusions hâtives ne tenant pas compte des caractéristiques propres de chacun des pays étudiés [8]». Ce conseil explique que les différences de taux de prélèvements obligatoires entre pays peuvent être déterminées par :

Le niveau atteint dans un pays donné par les prélèvements obligatoires forme plutôt «un indicateur du degré de socialisation de certaines dépenses». [10]

De plus, selon un rapport de la commission des finances du Sénat français, «indépendamment du fait que les normes comptables retenues peuvent fluctuer d'un État à l'autre, [l]es chiffres doivent dans un premier temps être nuancés par le fait que les prélèvements obligatoires sont d'un certain point de vue «trop étroits», en ce sens qu'ils ne correspondent pas à la totalité des recettes publiques. Or, la distinction entre prélèvements obligatoires et recettes publiques peut être dépourvue de signification économique[11]». Les comparaisons entre niveaux de recettes publiques seraient plus pertinentes pour évaluer le poids de la sphère publique dans l'économie.

Évolution des taux de prélèvements obligatoires dans quelques pays et ensembles de l'OCDE

Total des prélèvements obligatoires, en % du PIB, dans quelques pays de l'OCDE, en 2005[12]
pays 1975 1985 1995 2005
États-Unis 25, 6 25, 6 27, 9 27, 3
Japon 20, 9 27, 4 26, 8 27, 4
Allemagne[13] 34, 3 36, 1 37, 2 34, 8
Espagne 18, 4 27, 2 32, 1 35, 8
Royaume-Uni 35, 3 37, 6 34, 7 36, 5
Italie 25, 4 33, 6 40, 1 41, 0
France 35, 4 42, 8 42, 9 44, 1
Suède 41, 6 47, 8 48, 1 50, 7
Suisse 24, 5 26, 4 27, 8 29, 7
Canada 32 32, 5 35, 6 33, 4
moyenne OCDE[14] 29, 5 32, 7 34, 9 36, 2
UE-15 32, 1 37, 4 38, 8 39, 7

Dans l'Union européenne et la Zone euro

Le taux de prélèvements obligatoires a atteint 39, 6 % du produit intérieur brut (PIB) dans l'Union européenne à 27 et 39, 9 % dans la zone euro. C'est un niveau élevé comparé au reste du monde : le taux d'imposition de l'UE27 dépassant celui des États-Unis et du Japon de 13 points de pourcentage (Eurostat, 2006) .

En France

Article connexe : Imposition en France.

En France, le taux de prélèvements obligatoires s'établit à 44 % du PIB pour l'année 2005 (le PIB français était de 1710 milliards d'euros en 2005), 43, 5 % pour l'année 2007, un des taux les plus élevés des pays de l'OCDE[15].

Le taux de prélèvements obligatoires a fortement augmenté entre 1960 et 2006 ; il est passé d'environ 30 % du PIB à à peu près 45 %[16].

Répartition des prélèvements obligatoires en 2005[17]
Type de prélèvement Montant total
474, 7 Md€

127, 0
72, 0
49, 4
41, 0
24, 3
21, 8
18, 9
17, 5
11, 3
9, 8
9, 3
5, 2
5, 0
4, 3
4, 2
3, 0

Cotisations sociales effectives, nettes des cotisations non recouvrables :
277, 5 Md€
Total des prélèvements obligatoires 752, 2 Md€

Enfin, certains prélèvements ne sont pas reconnus comme obligatoires car ils correspondent à une décision reconnue comme «volontaire» de la part de celui qui les paie, ou sont la contrepartie d'un service rendu (surtout la redevance télévision, la taxe d'enlèvement des ordures ménagères, les amendes, les droits de timbre sur les permis de conduire, les passeports, les cartes grises…). Certains de ces produits ne vont pas dans le budget de l'État, des collectivités territoriales, de la sécurité sociale, ou des ODAC, comme la redevance audiovisuelle dont le montant est totalement perçus au profit des chaînes publiques, de Radio France, et de l'INA. Son montant total est de 2, 0 milliards d'euros.
Pour la taxe d'enlèvement des ordures ménagères, son produit est lui de 4, 5 milliards d'euros.
D'autre produits, comme les amendes participent bel et bien au budget de l'État : ils sont intégré dans la partie des recettes non-fiscales. Ces recettes représentent 6 % des recettes à peu près.

Budget de l'État (2008).
Type de prélèvement Montant total
Recettes fiscales :

Taxe sur la valeur ajoutée
Impôt sur le revenu
Impôt sur les sociétés
TIPP de l'État
Autres (dont ISF)

271, 5 Md€

135
60, 5
54
16, 5
5, 5

Recettes reconnues non fiscales, mais faisant parties des PO :
10 Md€
Recettes non fiscales :

Exploitation industrielle et commerciale des établissements nationaux
Revenus du domaine de l'État
Divers

18 Md€

9
1
8

Total des recettes avant prélèvement

Dont provenant des PO

299, 5 Md€

281, 5

pour info

Total des dépenses
dont
Directement au profit des collectivités / UE


341 Md€


69, 5

Solde du budget -41, 5 Md€
Destination initiale des prélèvements en 2005[18]
(l'État reversant ensuite certaines sommes aux collectivités (51 milliards) ou à l'UE (18 milliards) )
Montants (milliards d'€)  % du PIB
État 271, 4 Mds€ 15, 9 %
ODAC 14, 7 Mds€ 0, 9 %
Adm. de sécurité sociale 365, 9 Mds€ 21, 4 %
Adm. locales 95, 6 Mds€ 5, 6 %
UE 4, 5 Mds€ 0, 3 %
Total 752, 2 Mds€ 44, 0 %

L'impôt sur le revenu fait l'objet des plus importants débats mais ne représente que 7% du total des prélèvements obligatoires, contre 17% pour la TVA et 37% pour les cotisations sociales effectives (exemples de cotisations : cotisations sécurité sociale maladie, cotisation sécurité sociale vieillesse, cotisation chômage, cotisation retraite).

De même, l'ISF (3, 02 milliards d'euros en 2005) ne représente que 0, 4% du total des prélèvements obligatoires, ou encore 1, 1% du budget de l'État.

Les principales composantes des prélèvements obligatoires ; ne sont représentés que les principaux impôts, taxes et cotisations).

Notes et références

  1. Prélèvements obligatoires, site Vie-publique, administration française
  2. Définition de l'INSEE
  3. cf [pdf] Rapport sur les prélèvements obligatoires et leur évolution, projet de loi de finances pour 2007, Minefi, page 53–54 puis 60.
  4. Pour une définition, voir le site de la LOLF.
  5. MINEFE, rapport économique social et financier 2008, annexe statistique, p. 52 à 54
  6. Cette distinction est d'origine jurisprudentielle et doctrinale ; v. Conseil d'État Ass., 21 novembre 1958, Syndicat national des transporteurs aériens (pour une définition de la redevance) ; CE, 23 juin 2000, Chambre syndicale du transport aérien et Fédération nationale de l'aviation marchande (pour une définition de la taxe).
  7. définition, site de l'INSEE
  8. Sens et limites de la comparaison des taux de prélèvements obligatoires entre pays développés, rapport du Conseil des prélèvements obligatoires, 2008, page 6[lire en ligne]
  9. Sens et limites de la comparaison des taux de prélèvements obligatoires entre pays développés, Synthèse du rapport du Conseil des prélèvements obligatoires, 2008[lire en ligne]
  10. Michel Bouvier, Marie-Christine Esclassan, Jean-Pierre Lassale, Finances publiques, L. G. D. J, Paris, 2008, 949 p. (ISBN 978-2-275-03256-6)  , page 69
  11. Quels prélèvements obligatoires ? Pour quels besoins collectifs ?, rapport d'information du Sénat, octobre 2006, pages 12-13 [lire en ligne]
  12. Source : OCDE, «La pression fiscale dans les pays de l'OCDE retrouve les niveaux record de 2000», tableau A, octobre 2007
  13. avant 1991, données pour la RFA ; après 1991, données pour l'Allemagne réunifiée
  14. moyenne non pondérée
  15. voir la comparaison : graphique et explications sur le site de débat2007, et la comparaison établie sur le site gouvernemental vie-publique. fr
  16. Les comptes de la Nation en 2006, graphique «Taux de prélèvements obligatoires», INSEE
  17. [pdf] Rapport sur les prélèvements obligatoires et leur évolution, projet de loi de finances pour 2007, Minefi, page 57.
  18. [pdf] Rapport sur les prélèvements obligatoires et leur évolution, projet de loi de finances pour 2007, Minefi, page 9.

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"Les prélèvements obligatoires"

L'image ci-contre est extraite du site pmv4.premier-ministre.gouv.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (336 × 323 - 21 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : prélèvements - obligatoires - publiques - recettes - pays - état - sociale - cotisations - taux - rapport - total - pib - comparaison - md€ - impôts - france - économiques - ocde - budget - taxes - 2005 - milliards - fiscales - 2006 - conseil - euro - 2008 - mds€ - lire - ligne -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9l%C3%A8vements_obligatoires.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu