Technologies de l'information et de la communication

Les notions de technologies de l'information et de la communication et de nouvelles technologies de l'information et de la communication regroupent les techniques utilisées dans le traitement...


Catégories :

Informatique - Terminologie de l'informatique - Sciences de l'information et de la communication

Recherche sur Google Images :


Source image : christophebernard.eklablog.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le secteur des TIC (technologies de l'information et de la... Le développement des technologies de l'information et de la communication est une des ... L'emploi dans le secteur des TIC est favorisé par les pôles de compétitivité... (source : adecco)
  • Le terme NTIC (Nouvelles technologies de l'information et de la communication) est une invention des ingénieurs réseaux. L'avènement de l'Internet comme... (source : techno-science)
  • ... le département Technologies de l'Information et de la Communication est un... L'activité du département TIC de l'Université de Bordeaux, est articulée... (source : univ-bordeaux)

Les notions de technologies de l'information et de la communication (TIC) et de nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) (en anglais, Information and communication technologies, ICT) regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, essentiellement de l'informatique, de l'internet et des télécommunications.
Par extension, elles désignent leur secteur d'activité économique. Cette définition des TIC positionne cette industrie comme support de l'industrie du contenu numérique.

Histoire

Après l'invention de l'écriture puis l'avènement de l'imprimerie, les premiers pas vers une société de l'information ont été marqués par le télégraphe électrique, puis le téléphone et la radiotéléphonie, tandis que la télévision, le Minitel et l'Internet puis la télécommunication mobile et le GPS ont associé l'image au texte ainsi qu'à la parole "sans fil", l'internet et la télévision devenant accessibles sur le téléphone portable qui est aussi appareil photo.
Le rapprochement de l'informatique et des télécommunications, dans la dernière décennie du XXe siècle ont bénéficié de la miniaturisation des composants, servant à produire des appareils «multifonctions» à des prix accessibles, dès les années 2000.
Les usages des TIC ne cessent de s'étendre, en particulier dans les pays développés, au risque localement d'accentuer la fracture numérique et sociale mais aussi le fossé entre les générations. De l'agriculture de précision et de la gestion de la forêt (traçabilité des bois pour lutter contre le trafic), au contrôle global de l'environnement planétaire ou de la biodiversité, à la démocratie participative (TIC au service du développement durable) en passant par le commerce, la télémédecine, l'information, la gestion de multiples bases de données, la bourse, la robotique et les usages militaires, sans oublier l'aide aux handicapés (dont aveugles qui utilisent des synthétiseurs vocaux avancés mais aussi des plages braille éphémère), les TIC tendent à prendre une place croissante dans la vie humaine et le fonctionnement des sociétés. Certains craignent aussi une perte de liberté individuelle (effet Big Brother, intrusion croissante de la publicité ciblée et non-désirée... ). Les prospectivistes s'accordent à penser que les TIC devraient prendre une place croissante et pourraient être à l'origine d'un nouveau paradigme civilisationnel.

Un concept nouveau

Au départ

Le concept présente deux caractéristiques typiques des notions nouvelles :

Ce concept est à rapprocher de celui de société de l'information.

Évolution de la terminologie

L'avènement de l'Internet et essentiellement du Web comme média des masses et le succès des blogs, des wikis ou technologies Peer to Peer confèrent aux TIC une dimension sociétale. Gérard Ayache dans La grande confusion, parle d'«hyper-information» pour souligner l'impact anthropologique des nouvelles technologies. De nombreux internautes, quant à eux, considèrent l'Internet comme une technologie de la relation (TR)  : Joël de Rosnay a repris cette expression dans La révolte du pronétariat : des mass média aux média des masses. Le Web 2.0 est permis par les TIC.

Appellations connexes

Les TIC sont aussi désignées par les «nouvelles technologies de l'information et de la communication» (NTIC).

Les sigles anglais correspondant sont IT, pour «Information Technology» et NICT, pour «New Information and Communication Technology/Technologies» ou encore ICT pour «Information Communication Technology/Technologies».

Dans l'éducation nationale en France, on évoque plutôt les Technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (TICE).

Les technologies

Les TIC regroupent un ensemble de ressources nécessaires pour manipuler de l'information et spécifiquement les ordinateurs, programmes et réseaux nécessaires pour la convertir, la stocker, la gérer, la transmettre et la retrouver.
On peut regrouper les TIC par secteurs suivants :

Rôle des TIC dans l'entreprise

Avantages de l'investissement dans les TIC

L'investissement dans les TIC serait l'un des principaux moteurs de compétitivité des entreprises. En effet, selon des études de l'OCDE, les TIC seraient un facteur important de croissance économique aux États-Unis.

Hausse de la productivité du travail pour la saisie de l'information, par conséquent baisse des coûts. Délocalisation de la production (ex : centre d'appels). Meilleure connaissance de l'environnement, réactivité plus forte face à cet environnement, amélioration de l'efficacité de la prise de décision permise par une veille stratégique plus performante.

Organisation moins hiérarchisée, partage d'information. Meilleure gestion des ressources humaines (recrutement, gestion des carrières plus facile).

Nouveau circuit de production grâce à l'extension du marché potentiel (commerce électronique). Une baisse des coûts d'approvisionnement. Développement des innovations en matière de services et réponses aux besoins des consommateurs. Amélioration de l'image de marque de l'entreprise (entreprise innovante).

Limites de l'investissement dans les TIC

  1. Coût du matériel, du logiciel, de l'entretien et du renouvellement.
  2. Il est habituel de voir apparaître un suréquipement comparé aux besoins et par conséquent une sous-utilisation des logiciels.
  3. Coût de la formation du personnel, de sa résistance aux changements.
  4. Coût généré par la modification des structures, par la réorganisation du travail, par la surabondance des informations.
  5. Coût dû au rythme soutenu des innovations (18 mois).
  6. Rentabilité difficilement quantifiable ou difficilement prévisible sur les nouveaux produits.
  1. Recherche et développement
  2. Formation du personnel
  3. Formations commerciales, organisationnelles, logistiques.

La mondialisation des TIC, tout en donnant la possibilité d'un accès banalisé, 24h/24, depuis n'importe quel point du globe, à un ensemble de ressources (données, puissance informatique), entraîne aussi des effets pervers en termes de sécurité et d'éthique aggravés par l'internationalisation des règlementations : "fun", chantage, escroquerie, subversion, etc. À l'heure actuelle, on peut affirmer qu'aucune «gouvernance mondiale» n'est parvenue à une surveillance ou à imposer un respect de règles «minimales connues communes».

L'ouverture des pays aux TIC

Chaque année, le Forum économique mondial publie le "Networked Readiness Index", un indice défini selon la place, l'usage et le bénéfice que peut tirer un pays des Technologies de l'Information et des Communications. Cet indice prend en compte une centaine de pays (122 en 2006-2007) et permet d'établir un classement mondial. cet indice reste toujours sous le niveau souhaité si on prend par considération les besoins et les limitations imposées par les situations actuelles

Classement 2007

Rang Pays Score Evolution rang sur 1 an
1 Italie 5, 71 +2
2 Maroc 5, 66 +6
3 Mongolie 5, 6 -1
4 Saint-Marin 5, 59 +1
5 Monaco 5, 58 +4
6 Porto-Rico 5, 54 +6
7 Groland 5, 54 -6
8 Islande 5, 5 -4
9 Royaume-Uni 5, 45 +1
10 Norvège 5, 42 +3
11 Canada 5.35 -5

Source : Forum économique mondial, 2007[1]

Nombre de pays : 122

Organisation des TIC en Europe

En France, plusieurs pôles sont impliqués dans ces technologies. On peut citer par exemple :

Les collectivités territoriales disposent de commissions TIC :

Et certaines ont créé des agences TIC chargées de promouvoir les TIC auprès des acteurs publics de leur territoire. C'est le cas pour :

ARTESI Île-de-France a dressé une liste de plus de 100 structures (agence ou association) qui œuvrent pour le développement des TIC dans les territoires français.

En Belgique et Luxembourg, plusieurs centres sont fortement impliqués en TIC :

Sujets connexes

Sciences et technologies de l'information

Web, gestion des connaissances

Données, bibliothèques numériques

Sécurité informatique

Aspects économiques, écologiques et sociologiques

Éducation

Autres

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : information - tic - technologies - communication - informatique - pays - numérique - société - gestion - nouvelles - économique - développement - données - france - coûts - centre - ntic - internet - logiciels - entreprise - 2007 - agences - techniques - télécommunications - place - web - média - éducation - électronique - investissement -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Technologies_de_l%27information_et_de_la_communication.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu